Skip to main content

Transmission

Pièce pour cinq danseuses

Deuxième volet sur l’héritage transgénérationnel, cinq femmes mettent en lumière l’attachement aux lignées familiales.
Ces mémoires voilées, cachées, celles qui s’accrochent laissant parfois des traces indélébiles…

Une connexion entre le visible et l’invisible, où le corps n’est plus que matière expulsant ses liens avec délicatesse, frénésie et fureur.

Une traversée qui repousse les limites du palpable, pour se retrouver dans un mouvement à l’unisson, laissant exalter nos mémoires et reconquérir sa liberté.

Prochaines représentations

Première le 8 juin 2024 à l’espace du Plongeoir à Jonzac dans le cadre de la programmation culturelle de l’école des arts, Communauté de communes de la Haute Saintonge.

28 septembre 2024– Festival les Bourdonnantes (Saintes)

Juillet 2025-Biennale Tokomi, Congo Brazzaville.

Distribution

Chorégraphe : Aline Manerouck
Danseuses interprètes : Emilie Dupuis, Melissa Wyns, Héloïse Vallès, Aline Manerouck, Myrtille Kowalczyk
Musique
Compositeur / Musicien :
François David
Autrice/ Chanteuse : Gaëlle Minalli Bella
Copyright photo : Marion Bertin, Gwenaël Geneau
Soutiens et accueils : Ville de Saintes,
Espace Saint Eutrope – Chapelle Chavagne, La Fabrique du Vélodrome La Rochelle

Note d’intention

Note d’intention
Transmission

Sommes-nous tous égaux face à nos mémoires ?

Comment sont-elles perçues, ressenties, héritées en chacun de nous ?

Sommes-nous aussi libres que nous le pensons ?

Transmission marque la continuité d’une première pièce « Entité », où je questionnais les limites de mon héritage, un retour aux sources, marquant la rencontre entre le contemporain et la culture traditionnelle du Maloya.

Pour ce deuxième volet, je souhaite partager, croiser ces chemins de vie, cet attachement aux lignées familiales qui, malgré nous, influencentt nos choix dans notre évolution. 

A l’intérieur de cette création, je souhaite mettre en lumière ces empreintes par différents langages artistiques, à travers la matière, les mots, la voix, le son et le mouvement. 

La rencontre avec la chanteuse Gaëlle Minalli Bella et le musicien François David, marque le socle de Transmission. 

Engager un questionnement individuel de nos mémoires, tant dans la composition de l’univers sonore, que l’interprétation au plateau par les danseuses, donne toute sa puissance à cette création.

Poser des mots sur nos ressentis, en accueillant les émotions vécues dans l’instant présent, afin de trouver un langage commun, alliant ainsi nos univers.

Donner vie à ces mémoires à travers l’objet, amène une tout autre puissance à l’engagement des corps. Explorer la matière, la forme le support en y conviant la symbolique de l’héritage, était à la fois un véhicule de communication avec ces liens invisibles, mais aussi une façon de l’exorciser. 

Avec le masque, la danse voit son champ de liberté diminuer.

J’aime l’idée du mouvement contraint par l’objet. 

Après avoir exploré et appréhendé l’énergie de celui qui m’accompagne, quatre danseuses ont rejoint le projet.

J’ai ressenti l’envie de partager cette expérience avec d’autres femmes, à travers leur  mémoire et par une approche et une sensibilité différente du corps.

Le cercle s’est posé naturellement dans l’espace, symbolisant à la fois l’infini, le début et la fin. 

Dans Transmission il représente le cycle, la répétition.

L’idée du point, évoquant la source qui se déploie en circonférence ici insufflée par la voix.

Dans cette trajectoire, le mouvement évolue aux rythmes de notre capacité à accueillir nos mémoires, laissant cette image de spirale intense, nous poussant dans différents états de corps ouvrant le passage de l’esprit à la matière. 

Actualités

Toute l'actualité

Vibrer pour

Toute les créations